Laïcité dévoyée, Fraternité en berne

par | 17 Déc 2019

À l’approche des fêtes de fin d’année, c’est une énième polémique portant sur la légalité des expressions religieuses dans la sphère publique qui nous force aujourd’hui à réagir. Nous refusons la banalisation d’actes de division violents et contraire à la laïcité !

Il y a plusieurs semaines, nous avons dénoncé avec force sur Twitter les actes antisémites immondes ayant eu lieu dans le Bas-Rhin avec la profanation d’un cimetière juif. Il y a quelques jours, des élus politiques ont avancé une théorie fumeuse et islamophobe selon laquelle les grèves du 13 décembre seraient l’œuvre d’islamistes visant à nuire aux fêtes de Noël. Le but étant évidemment d’opposer les citoyens de confession musulmane et chrétienne. Quelques jours plus tard, une cinquantaine de militants d’extrême-gauche agressent verbalement et physiquement les participants d’une crèche vivante à Toulouse.

Ces trois événements sont le reflet du péril de la fraternité en France. Une fois encore la laïcité est dévoyée, une fois encore la fraternité est mise en berne par des tentatives de divisions et d’exclusion toujours plus grossières.

Nous rappelons que la laïcité est le cadre légal permettant l’expression de toutes les convictions religieuses et philosophiques. Aucun citoyen et citoyenne ne saurait être silencié, agressé, intimidé pour avoir exprimé sa foi, sa conviction sans trouble à l’ordre public.

La fraternité est l’œuvre de chacun et chacune. La France, une et indivisible, n’en reste pas moins plurielle et riche de sa diversité.

À l’approche des fêtes de Noël et de fin d’années, qui seront l’occasion pour de nombreux français et françaises de se retrouver en famille, nous appelons à l’apaisement, à la décence et au respect de chacun et chacune.

Partout en France, les groupes locaux de Coexister France redoublent d’efforts afin de faire vivre, simplement, concrètement et vraiment la fraternité et la laïcité. De la déconstruction de préjugés aux rencontres inter-convictionnelles, les Coexistant·es sont la preuve réelle que la coexistence active est possible en France.

Aujourd’hui, si nous dénonçons avec vigueur le climat islamophobe ambiant ainsi que la hausse des actes antisémites et anti-chrétiens, nous encourageons tous les français et françaises de bonne volonté à œuvrer à nos côtés pour construire la France de demain, forte de son héritage pluriel et divers.

Le Bureau National